bout de scorpion

24 avril 2006

sortie de mon livre

                                                                                                  Le 21 ème siècle sera spirituel ou ne sera pas (André Malraux)

On a tous un petit bout de scorpion

Un polar astrologique pour « initiés »

« On a tous un petit bout de scorpion » roman paru le 31 mars est un livre qui parlera à tous les francs-maçons. Sous couvert d’un roman astrologique et policier, il relate  une quête initiatique personnelle qui va s’épanouir grâce à la rencontre d’une société secrète qui œuvre à travers le monde pour le triomphe du bien, l’amélioration de l’homme et de la société. Le texte parlera sous forme de nombreux clins d’œil à tous les initiés. Il est un appel à une spiritualité laïque et au triomphe de la tolérance face à la montée des intégrismes religieux.

Résumé :Romain, encore adolescent, est piqué par un scorpion. Cette piqûre va le changer profondément. Il prend conscience qu’il n’est pas sur terre par hasard. Devenu adulte, il invente, un laser, une arme fabuleuse capable de toutes les tonalités meurtrières. C’est comme s’il s’était doté du dard d’un scorpion. Il décide de taire sa découverte pour l’utiliser, en tout anonymat, sur les champs de bataille de la planète en tant que « justicier ». Son envie de faire le bien  se révèle en contradiction avec les moyens qu’il utilise. Et son combat personnel va devenir un chemin initiatique marqué par des rencontres symboliques et astrologiques sous le signe du scorpion. Romain découvre qu’il existe une autre voie pour progresser que d’autres partagent secrètement à travers le monde…Il va ranger son arme et rejoindre ses nouveaux amis (FF :.) pour tailler sa pierre et travailler à un monde meilleur.

L’auteur : Patrick Le Bars est né à Baden-Baden en 1948, sous le signe des gémeaux. Un signe dont la dualité a marqué toute sa vie. Après des études de journalisme, il a travaillé dans différents quotidiens régionaux, restant proche du terrain mais effectuant aussi de grands voyages à l’étranger. Il a été marqué par des rencontres que l’on ne peut attribuer au seul hasard.

Le journaliste s’est donc passionné pour l’astrologie qui ne lui a apporté que des réponses partielles. En revanche la franc-maçonnerie (Il fut initié en 1990) lui a permis de trouver la sérénité auprès de grandes âmes qui dressent discrètement des temples à la vertu.

Dans chaque vie il y a une part de volonté mais suffit-elle à affronter son destin ? La démarche individuelle peut-elle s’éloigner de l’évolution du monde vers plus de spiritualité ? C’est le sens profond du livre « On a tous un petit bout de scorpion »

(Prix de vente 15 euros)

Contacts commandes et renseignements auprès de l’Editeur :

Le Cercle des Auteurs, 100 Quai de la Loire – 37230 Saint-Etienne-de-Chigny

Tél. : 02 47 55 57 96 – Fax : 02 47 55 52 64

e-mail : laure.pioffet@cercledesauteurs.com

A titre d’anecdote: Le livre est dédié à tous les Patrick !!!!!!!!!!

Extraits:

« Une main perpendiculairement posée sur la gorge prête à la trancher, des pieds en équerre... Des gestes hautement symboliques, dont il ne découvrirait le sens  que plus tard… »

«  Mon intuition me dit que malgré tous les changements il reste la permanence de croire que la vie a une dimension spirituelle et qu’il faut l’employer à devenir meilleur. Une croyance qui se transmet à travers tous les êtres humains quelque soit leur race ou les générations. Tout passe effectivement, mais pas ça. Cette idée survit car quand les idées sont justes, elles sont immuables. Il y a une croyance universelle en une mécanique, une intelligence supérieure qui mène le jeu de nos vies et nous fait évoluer vers l’homme parfait… »

« Son meilleur copain avait été Georges-Charles, plus âgé que lui de vingt ans, peintre et philosophe, dispersant son talent dans des œuvres alimentaires, devantures de magasins, portraits de familles bourgeoises... Un artiste breton perdu par la nécessité alimentaire de faire vivre sa famille. C’est lui qui m’avait demandé quel était mon pire ennemi pensa Romain . Il avait sorti un miroir devant mon visage en disant : « ton pire ennemi, c’est toi… »

« Certains pensent que la création du monde est un acte volontaire avec un plan et une finalité contenus dans le projet initial et que nous portons dans chacune de nos cellules. D’autres croient que nous sommes la conséquence hasardeuse d’une suite incohérente d’évènements sans raison ni but déterminés. Peu à peu l’homme remet de l’ordre dans ce chaos, rassemble ce qui est épars et avance dans la connaissance pour trouver l’unité originelle et finale… »

« Ceux qui portent le tatouage de l’étoile. » répliqua Wolfgang, « C’est notre marque de reconnaissance. Nous restons cachés comme le scorpion mais nos ambitions sont élevés et sont de rendre l’homme et la société meilleurs. Tout le monde n’est pas prêt encore à cette transformation, c’est pour cela que nous restons discrets. Nous nous reconnaissons intuitivement et avons en commun une volonté de faire le bien. L’idée du bien c’est l’étoile qu’il faut suivre. Il faut lever les yeux au ciel vers la lumière quand tu ne sais plus. Tu pourrais toi aussi être initié et nous rejoindre. Tu en as la force… »

« Secrètement, de génération en génération nous faisons en sorte que cette terre et ses habitants évoluent pour en faire un paradis. C’est une démarche universelle qui remonte de très loin dans le temps. Mais nous sommes de plus en plus nombreux. Il y a un moment où nous pourrons nous découvrir. Si tu le souhaite nous pouvons t’accueillir.  Il faudra que tu débarrasse de tes convictions de justicier. Le monde n’est pas que noir et blanc. Il faut le savoir pour rester dans la lumière… »

« Grâce à Wolfgang, il entra en contact avec les membres de l’étoile à cinq branches et il fut initié à leurs croyances qui coïncidaient avec tout ce qu’il avait pressenti au départ. Il se retrouva nu les yeux bandés dans une grotte de la Forêt Noire où il dut s’exprimer longuement sur ce qui guidait sa vie en dehors de toute apparence. On lui fit alors traverser des épreuves qui restaient symboliques mais retraçaient les combats vécus par les écuyers avant d’être sacrés chevalier. On lui révéla des signes de reconnaissance avant de lui remettre une toge blanche et avant de l’accueillir dans une chaîne où chacun se tenait par la main. Encore un symbole d’entraide. A ce moment il se sentit enfin heureux, en paix et en sérénité… »

« Lui aussi mettrait l’homme au centre de l’univers et chercherait toujours des solutions qui peuvent rapprocher les hommes plutôt que de les détruire. Une fois admis dans cette fraternité, et devenu un homme nouveau, Romain se mis à réfléchir avec eux à la manière de guider sereinement et secrètement la société vers un monde idéal et de tenter à titre personnel de devenir un modèle de vertu et de tolérance. Le travail d’une vie. Mais il n’était plus seul. Ils étaient des millions de par le monde à effectuer la même démarche dans l’ombre en se réunissant soir après soir. Ils gardaient le secret car le monde profane n’était pas encore prêt à entendre leur message… »

« Après avoir été confronté à la violente alchimie du malheur, il lui fallait côtoyer l’harmonie. Il était rassuré. L’existence de cette société invisible venue des fonds des temps était le signe qu’il pouvait exister d’autres mondes invisibles. Même au-delà de la mort… »

Posté par PLB37 à 18:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]